Miroir vénitien au mercure, XVIIIe

Encadrement en bois sculpté et ajouré.
Decor de feuille d’acanthes et volutes.
Bras de lumière postérieur au miroir.

Les premiers miroirs en verre métallisés auraient été inventé à Sidon, l’actuel Liban, au Ier siècle de notre ère, puis la technique s’est développée sous l’empire Romain. Les miroirs étaient fabriqués à partir de cristal de roche poli sur lequel on appliquait une feuille d’or, d’argent ou de plomb. Très petits, de 2 à 7 centimètres de diamètre, ces premiers miroirs en verre s’apparentent davantage à des amulettes ou des éléments de parure. La qualité médiocre de ceux-ci leur fera préférer les miroirs en métal poli.

Au Ve siècle, les Chinois commencent à fabriquer des miroirs en utilisant des amalgames argent-mercure. Cette nouvelle technique inspirera quelques siècles plus tard les fabricants européens de la Renaissance (XVIe siècle), en fabriquant un miroir en verre recouvert d’un amalgame d’étain-mercure.

Le XVIème siècle en Europe verra apparaître la fabrication des miroirs en matériaux plus ou moins précieux avec une grande diversité de formes et d’ornementations des encadrements.
La découverte du miroir verre est une véritable révolution. La date exacte et le lieu de la découverte sont inconnus, mais Venise est réputée au XVIe siècle pour ses verreries utilisant cette nouvelle technique. A Venise, dans l’ile de Murano, les maîtres verriers donnent de nouvelles possibilités à l’utilisation du miroir. Ce secret de fabrication est long à se répandre en Europe, l’Italie en conserve l’exclusivité de la fabrication et exporte ses œuvres dans le reste de l’Europe en influençant le caractère artistique de la production.

XVIII siècle,
Venise, Italie

Hauteur: 95cm
Longueur : 48cm

Avez-vous des questions ?

Avez-vous des questions ?